Nuage de mots clés : quel usage ?

Publié le par
facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Je parcourais cette étude de satisfaction sur l’iPad, réalisée par le laboratoire d’ergonomie logicielle de l’Université du Wichita, et j’ai apprécié une utilisation originale du nuage de mots clés.

A l’intérieur des sites web, les nuages de mots clés m’apparaissent souvent surfaits ou « gadgets ». Les concepteurs de sites web en sont largement revenus de cet effet de mode.

Le nuage de mots clés n’est pas une solution miracle. Son efficacité dépend autant de la forme (grandeur du nuage, finesse des variations de taille et de couleur) que du contenu (pertinence des mots clés évoqués, signification concrète,…).

Ci-dessous, par exemple, les contrastes de taille, entre les mots, restent insuffisants pour offrir un relief intéressant et faire émerger les tendances.

Source : un article de Fred Boucher

Ci-dessous, les contrastes sont mieux marqués, et la couleur amène un élément supplémentaire de différenciation visuelle (encore faut-il lui donner du sens).

En revanche, certains mots ont peu d’intérêt : les adverbes (« également ») ou prépositions (« donc ») devraient être éliminés du nuage. Seuls les noms propres ou les noms communs ont de l’intérêt, la plupart du temps.

Source : le Lycée Claude Monet

Le nuage de mots clés, plus qu’un outil de navigation, est une manière de présenter, de manière visuelle, un panorama de contenu.

Particulièrement utile lorsqu’il est question de faire émerger des tendances.

C’est pourquoi j’ai trouvé fort intéressante l’idée du laboratoire de l’Université du Wichita, de présenter certains résultats d’un sondage sur l’iPad sous forme de mots clés.

Ci-dessous, les désavantages de l’iPad, tels qu’exprimés par les utilisateurs. Les mots « camera », « flash », « keyboard », « multitasking », par exemple, font ressortir des lacunes perçues comme importantes par plus d’un utilisateur.

Bien sûr, il ne s’agit que d’un mode de présentation complémentaire, particulièrement utile pour :

  • traiter les résultats d’une question ouverte (les questions fermées seront préférablement représentées par des graphiques classiques en bâtonnets ou camemberts) ;
  • donner un aperçu rapide dans un résumé d’étude (« executive summary »).

Cela ne dispense pas de fournir, en parallèle, toutes les données de l’étude. Le laboratoire du Wichita reste d’ailleurs un exemple en la matière, par sa démarche rigoureuse, très académique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>